Bien choisir les recettes et s’organiser pour un batch cooking efficace

Batch cooking, une expression tendance pour désigner une pratique fort ancienne : préparer à l’avance des repas pour plusieurs jours. Ceux qui le pratiquent le font souvent le dimanche mais peu importe le jour en réalité. L’intérêt du batch cooking est multiple (cliquez ici) mais ce qui nous intéresse aujourd’hui est de le réaliser de façon efficace, c’est-à-dire en un minimum de temps. Dans cette optique, bien choisir ses recettes de batch cooking est une des clés d’une stratégie efficace. Elles doivent être choisies de façon à optimiser les temps de préparation, de cuisson et de nettoyage. Je vous explique ?

 

recettes de batch cooking bien les choisir pour gagner du temps

 

1. Cuisez les légumes-pays à l’avance

Si vous êtes comme moi, vous utilisez (trop) souvent les jokers riz et pâtes pour ne pas attendre trop longtemps que votre féculent soit cuit, quand vous ne vous rabattez pas sur le pain. Bien plus longs à cuire, nos légumes-pays offrent pourtant de meilleures qualités nutritionnelles. S’il ne fallait en retenir qu’une : ce sont certes des féculents, mais riches en fibres. Alors pour mangez local plus souvent tout en vous faisant du bien, cuisez vos légumes-pays à l’avance. Igname, dachine, banane jaune, fruit à pain et consorts se conservent très bien dans une une boîte hermétique au réfrigérateur, sans l’eau de cuisson. Faites de même pour les légumes secs, pas chers et excellents pour la santé (cliquez ici pour tout savoir) mais négligés par manque de temps.

 

2. Privilégiez les plats complets

Pour optimiser le temps, cuisiner des plats complets (contenant féculent, légumes verts et chair) ou réunissant au moins deux catégories d’aliments est une bonne astuce. Ce sont pour moi les meilleures recettes de batch cooking. Pensez par exemple aux Parmentier : vous pouvez réaliser un gratin de ti-nain en version végétarienne (cliquez ici) ou, plutôt que cuisiner la viande ou le poisson à part, simplement le glisser entre le ti-nain et les légumes. Et pas besoin de précuire la chair ! Il faut juste la hacher et l’assaisonner. Parfait pour gagner du temps ! Pensez également aux soupes ou bouillons de légumes qui peuvent être agrémentées de viande et de féculents (cliquez ici).

 

Vous pouvez aussi préparer des currys (cliquez ici) ou des légumes farcis (cliquez ici), il ne restera qu’à cuire le riz au dernier moment (ou réchauffer les légumes-pays cuits à l’avance 😉). Des associations qui marchent bien : poulet – christophine (cliquez ici), porc – giraumon (cliquez ici), poulet aubergine (cliquez ici), poisson – giraumon – lait de coco (cliquez ici).

 

3. Utilisez un même ingrédient dans plusieurs plats

Cuisiner 5 plats en 2h30 (cliquez ici) est plus difficile si les recettes sont complètement différentes. Sans aller jusqu’à manger des dachines tous les jours, il peut être judicieux d’en placer dans 2 recettes. Vous cuisez les dachines une fois pour toute, vous gardez quelques morceaux pour accompagner le rôti qui cuit dans le four et vous faire un Parmentier de l’autre. Cela marche avec les ti-nain cuits à l’eau à l’avance (ti-nain morue lundi, salade piémontaise mercredi, écrasée aux herbes vendredi) et tous les autres légumes. Pensez-y en choisissant vos recettes de batch cooking.

 

Et ça marche aussi avec les chairs. Vous pouvez acheter un beau poisson sur nos marchés (cliquez ici), lever les filets et réserver les parures. Vous cuisez un filet au four (cliquez ici) ou en morceaux panés (cliquez ici), pendant que les parures (tête, arrêtes) mijotent pour un délicieux bouillon (cliquez ici), et en passant vous avez pris de l’avance sur la semaine suivante avec le second filet que vous congelez. Seule précaution, dans un souci de conservation optimale, il vaut mieux congeler ces plats si vous les prévoyez pour la fin de la semaine.

 

4. Profitez des aides culinaires

C’est indéniable : tout faire soi-même revient moins cher (cliquez ici) 👛, et cuisiner de saison aussi (cliquez ici). Cela dit, quelques euros de plus bien investis sur le panier de courses peuvent faire gagner beaucoup de temps en cuisine. Vous pouvez réaliser vos lasagnes (cliquez ici), votre soupe à la tomate (cliquez ici) ou votre Parmentier de torti (cliquez ici) avec une sauce tomate maison (cliquez ici) magnifiquement compotée… Ou vous pouvez acheter une bonne sauce tomate, cuisinée aux petits légumes, pour gagner du temps sans trop perdre en goût ni en qualité nutritionnelle. Vous pouvez aussi acheter des légumes-pays et des légumes verts surgelés, déjà pelés et coupés en morceaux, etc.

conserves pour cuisiniers pressés

 

📌 Il  a quand même des préparations que je rechigne à acheter même si elles font gagner du temps – mais pas assez pour que j’accepte la perte de qualité. Les pâtes brisée/à pizza/sablée maison se font en à peine 10 min et sont imbattables en terme de prix et de qualité. Si vraiment vous ne pouvez pas les faire au dernier moment, sachez qu’elles se conservent bien au réfrigérateur puisqu’elles ne contiennent pas d’oeuf : jusqu’à 5 jours pour les pâtes brisée/feuilletée/sablée, jusqu’à 48 h pour une pâte à pizza.👍🏾

 

5. Variez les modes de cuisson

Pour ne pas perdre de temps, l’idéal est de panacher les recettes pour utiliser simultanément vos divers moyens de cuisson, plutôt que tout miser sur la plaque ou tout miser sur le four. Vous pouvez même utiliser votre barbecue. Choisissez 2 à 3 recettes à cuire au four à alterner avec les recettes sur table de cuisson. ⚠️  Attention à bien adapter votre organisation selon votre équipement, pour éviter par exemple d’avoir trois gros récipients en même temps sur la table de cuisson, qui se gêneraient. Dans le même esprit, choisissez des légumineuses de cuisson rapide si vous n’avez pas de cocotte-minute, par exemple des lentilles plutôt que des haricots. En plus moins longtemps elles cuisent, moins vous dépensez en énergie (électricité ou gaz). 😉

organisation batch cooking antilais

 

Pour vous aider à choisir les recettes si vous manquez d’inspiration, cliquez ici pour recevoir nos menus de la semaine. Ensuite, “y a plus qu’à…” comme on dit. Une fois vos plats prêts, soignez leur emballage pour bien les conserver tout au long de la semaine (cliquez ici). Notez que pour éviter les déconvenues, ou pire les intoxications alimentaires, il est préférable de manger les préparations de viande et de poisson en début de semaine.

Retour à la liste

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Rédigé par Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

Passionnée de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer à cette aventure culinaire hors norme. Créatrice et animatrice culinaire au style éclectique, j’aime aussi partir à la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur à approfondir mes sujets et partage avec vous mes découvertes.