Quand rien n’arrive au port, on cuisine quoi ?

8 janvier 2020

Je crois qu’il n’a Ă©chappĂ© Ă  personne que depuis quelques temps, une grĂšve nationale aidant, les denrĂ©es importĂ©es se font rares dans les rayons des nos commerces. Mais c’est le dĂ©but de l’annĂ©e alors positivons : quelle belle opportunitĂ© pour nous de cuisiner local ! Et je le dis sĂ©rieusement – au cas oĂč, me connaissant, vous sentiriez une pointe de sarcasme 😏. Car si les rayons des hypers se vident, les Ă©tals des marchĂ©s eux sont plutĂŽt bien achalandĂ©s. Alors, on cuisine quoi quand rien n’arrive au port ? Petite revue de recettes gourmandes qui font la part belle Ă  nos produits locaux.

 

Manger local

 

Des plats gĂ©nĂ©reux le midi…

  • Adieu pĂątes… Bonjour lĂ©gumes-pays !

Plus de pĂątes dans les rayons ? On les adore il vaut se l’avouer : c’est le premier rayon d’Ă©picerie sĂšche Ă  se vider. Si la grĂšve perdure, il en sera peut-ĂȘtre de mĂȘme du riz et des lĂ©gumes secs. Mais qu’Ă  cela ne tienne, nos agriculteurs produisent de nombreux fĂ©culents. Sur les Ă©tals ce week-end il y avait patates douces, ignames, ti-nains et bananes jaunes, qui mĂȘme un peu tristounettes parfois font parfaitement leur office En gros, tout ce qu’il faut pour cuisiner local. Au menu : parmentier d’igname (cliquez ici) Ă  la viande de porc (local lui aussi) ou parmentier de dachine (cliquez ici) avec du boeuf ou du poulet (eux aussi locaux) pour varier les plaisirs.

 

 

Et pour “mouiller” le lĂ©gumes, pensez aux lait, fromages blancs et fromages frais que proposent certains Ă©leveurs – une belle occasion de partir Ă  leur rencontre et de (re)dĂ©couvrir la diversitĂ© des productions locales.

Dans le mĂȘme esprit, pensez aussi au parmentier de ti-nain (cliquez ici) – oui, encore un parmentier parce que c’est bien pratique : recette facile, rĂ©alisable plusieurs jours Ă  l’avance, et que tout le monde adore ! Mais pour changer un peu il y aussi la salade de ti-nain-morue façon piĂ©montaise (cliquez ici), avec de la carotte si vous ne trouvez pas de radis. Plus mijotĂ©s, la banane jaune farcie au veau (cliquez ici) et la rougail de banane jaune (cliquez ici).

 

 

Le fruit Ă  pain (cliquez ici) et la patate douce (cliquez ici) que nous apprĂ©cions beaucoup simplement cuits Ă  l’eau, offrent de nombreuses autres possibilitĂ©s pour cuisiner local en y mettant plus de forme : migan (cliquez ici), croquettes (cliquez ici), purĂ©es mousseline et Ă©crasĂ©es (cliquez ici) et mĂȘme veloutĂ©s (cliquez ici).

 

 

  • Et les lĂ©gumes verts dans tout ça ?

En ce moment par exemple, la christophine abonde. Parfait timing pour l’apprĂ©cier… en gratin certes (cliquez ici) mais pas que ! N’oubliez pas le ragoĂ»t de porc Ă  christophine (cliquez ici), aussi savoureux que la christophine sautĂ©e aux crevettes (cliquez ici).

 

 

Plus lĂ©gers le soir… mais pas moins gourmands !

La salade de christophine (cliquez ici) est un classique qui peut ĂȘtre agrĂ©ablement revisitĂ© avec des fruits acidulĂ©s comme la pomme… ou l’ananas, lui aussi bien prĂ©sent sur le marchĂ© en ce moment.

Avec les navet, courgette, carotte, giraumon, banane jaune, etc. produits localement, rĂ©alisez des papillotes de poisson (cliquez ici) – poissons de roches ou pĂ©lagiques, la pĂȘche locale offre du choix.

 

 

MĂȘme panier, autres recettes : pensez aux soupes et veloutĂ©s (cliquez ici). Des recettes certes habituelles de notre rĂ©pertoire culinaire mais qui nous rĂ©galent toujours : veloutĂ© de christophine (encore elle ! 😜), veloutĂ© de papaye verte aux crevettes (cliquez ici), veloutĂ© de laitue (cliquez ici) et j’en passe…

 

 

Alors non, je n’ai pas oubliĂ© le giraumon : en veloutĂ© bien sĂ»r (cliquez ici) mais aussi giraumon rĂŽti (cliquez ici) ou tarte au giraumon (cliquez ici), pourquoi pas en rĂ©alisant la pĂąte avec une farine locale (de fruit Ă  pain, de banane, etc.).

 

Et parce que le dessert est important…

Le fruit Ă  pain (encore lui, cliquez ici) et la patate douce (toujours elle, cliquez ici) font d’excellents gĂąteaux, muffins et mĂȘme beignets. HĂ© ! On cuisine local ou pas ? Aussi surprenantes que sont ces recettes, elles n’en sont pas moins dĂ©licieuses.

 

 

Plus frais et lĂ©gers, pensez aux yaourts maison (cliquez ici) – allons, je sais que vous avez un stock de laits concentrĂ©s et/ou de lait en poudre dans vos placards (je ne peux pas ĂȘtre la seule 😅). Pensez Ă©galement aux salades de fruits de saison : salade d’orange-ananas au sirop d’Ă -tous-maux (cliquez ici) ou Ă  la gelĂ©e de vin & groseille-pays (cliquez ici), salade melon-menthe (ou basilic)  ou ananas-menthe, des associations de saveurs et d’arĂŽmes qui marchent toujours.

 

 

Ma “petite revue” est devenue un loooong chapelet de recettes, toutes plus gourmandes les unes que les autres pour cuisiner local. Alors, on peut manger local quand rien n’arrive au port au pas ?

Retour Ă  la liste

A propos de Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

PassionnĂ©e de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer Ă  cette aventure culinaire hors norme. CrĂ©atrice et animatrice culinaire au style Ă©clectique, j’aime aussi partir Ă  la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur Ă  approfondir mes sujets et partage avec vous mes dĂ©couvertes.

Votre avis nous intéresse

Vous devez ĂȘtre membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Partagez sur vos réseaux préférés

Des cours de cuisine antillaise toutes les semaines en Martinique !

DĂ©couvrez la boutique de Tatie Maryse

* ChÚques vacances ANCV acceptés

Programme des ateliers de cuisine Programme des ateliers de cuisine
Cartes cadeaux Cartes cadeaux
Livres de recettes Livres de recettes
Ateliers entreprises Ateliers entreprises
đŸ“© Recevez nos IDÉES MENUS

Ma page Google+