Quand rien n’arrive au port, on cuisine quoi?

Je crois qu’il n’a Ă©chappĂ© Ă  personne que depuis quelques temps, une grĂšve nationale aidant, les denrĂ©es importĂ©es se font rares dans les rayons des nos commerces. Mais c’est le dĂ©but de l’annĂ©e alors positivons : quelle belle opportunitĂ© pour nous de cuisiner local ! Et je le dis sĂ©rieusement – au cas oĂč, me connaissant, vous sentiriez une pointe de sarcasme 😏. Car si les rayons des hypers se vident, les Ă©tals des marchĂ©s eux sont plutĂŽt bien achalandĂ©s. Alors, on cuisine quoi quand rien n’arrive au port ? Petite revue de recettes gourmandes qui font la part belle Ă  nos produits locaux.

 

Manger local

 

Des plats gĂ©nĂ©reux le midi…

  • Adieu pĂątes… Bonjour lĂ©gumes-pays !

Plus de pĂątes dans les rayons ? On les adore il vaut se l’avouer : c’est le premier rayon d’Ă©picerie sĂšche Ă  se vider. Si la grĂšve perdure, il en sera peut-ĂȘtre de mĂȘme du riz et des lĂ©gumes secs. Mais qu’Ă  cela ne tienne, nos agriculteurs produisent de nombreux fĂ©culents. Sur les Ă©tals ce week-end il y avait patates douces, ignames, ti-nains et bananes jaunes, qui mĂȘme un peu tristounettes parfois font parfaitement leur office En gros, tout ce qu’il faut pour cuisiner local. Au menu : parmentier d’igname (cliquez ici) Ă  la viande de porc (local lui aussi) ou parmentier de dachine (cliquez ici) avec du boeuf ou du poulet (eux aussi locaux) pour varier les plaisirs.

 

 

Et pour « mouiller » le lĂ©gumes, pensez aux lait, fromages blancs et fromages frais que proposent certains Ă©leveurs – une belle occasion de partir Ă  leur rencontre et de (re)dĂ©couvrir la diversitĂ© des productions locales.

Dans le mĂȘme esprit, pensez aussi au parmentier de ti-nain (cliquez ici) – oui, encore un parmentier parce que c’est bien pratique : recette facile, rĂ©alisable plusieurs jours Ă  l’avance, et que tout le monde adore ! Mais pour changer un peu il y aussi la salade de ti-nain-morue façon piĂ©montaise (cliquez ici), avec de la carotte si vous ne trouvez pas de radis. Plus mijotĂ©s, la banane jaune farcie au veau (cliquez ici) et la rougail de banane jaune (cliquez ici).

 

 

Le fruit Ă  pain (cliquez ici) et la patate douce (cliquez ici) que nous apprĂ©cions beaucoup simplement cuits Ă  l’eau, offrent de nombreuses autres possibilitĂ©s pour cuisiner local en y mettant plus de forme : migan (cliquez ici), croquettes (cliquez ici), purĂ©es mousseline et Ă©crasĂ©es (cliquez ici) et mĂȘme veloutĂ©s (cliquez ici).

 

 

  • Et les lĂ©gumes verts dans tout ça ?

En ce moment par exemple, la christophine abonde. Parfait timing pour l’apprĂ©cier… en gratin certes (cliquez ici) mais pas que ! N’oubliez pas le ragoĂ»t de porc Ă  christophine (cliquez ici), aussi savoureux que la christophine sautĂ©e aux crevettes (cliquez ici).

 

 

Plus lĂ©gers le soir… mais pas moins gourmands !

La salade de christophine (cliquez ici) est un classique qui peut ĂȘtre agrĂ©ablement revisitĂ© avec des fruits acidulĂ©s comme la pomme… ou l’ananas, lui aussi bien prĂ©sent sur le marchĂ© en ce moment.

Avec les navet, courgette, carotte, giraumon, banane jaune, etc. produits localement, rĂ©alisez des papillotes de poisson (cliquez ici) – poissons de roches ou pĂ©lagiques, la pĂȘche locale offre du choix.

 

 

MĂȘme panier, autres recettes : pensez aux soupes et veloutĂ©s (cliquez ici). Des recettes certes habituelles de notre rĂ©pertoire culinaire mais qui nous rĂ©galent toujours : veloutĂ© de christophine (encore elle ! 😜), veloutĂ© de papaye verte aux crevettes (cliquez ici), veloutĂ© de laitue (cliquez ici) et j’en passe…

 

 

Alors non, je n’ai pas oubliĂ© le giraumon : en veloutĂ© bien sĂ»r (cliquez ici) mais aussi giraumon rĂŽti (cliquez ici) ou tarte au giraumon (cliquez ici), pourquoi pas en rĂ©alisant la pĂąte avec une farine locale (de fruit Ă  pain, de banane, etc.).

 

Et parce que le dessert est important…

Le fruit Ă  pain (encore lui, cliquez ici) et la patate douce (toujours elle, cliquez ici) font d’excellents gĂąteaux, muffins et mĂȘme beignets. HĂ© ! On cuisine local ou pas ? Aussi surprenantes que sont ces recettes, elles n’en sont pas moins dĂ©licieuses.

 

 

Plus frais et lĂ©gers, pensez aux yaourts maison (cliquez ici) – allons, je sais que vous avez un stock de laits concentrĂ©s et/ou de lait en poudre dans vos placards (je ne peux pas ĂȘtre la seule 😅). Pensez Ă©galement aux salades de fruits de saison : salade d’orange-ananas au sirop d’Ă -tous-maux (cliquez ici) ou Ă  la gelĂ©e de vin & groseille-pays (cliquez ici), salade melon-menthe (ou basilic)  ou ananas-menthe, des associations de saveurs et d’arĂŽmes qui marchent toujours.

 

 

Ma « petite revue » est devenue un loooong chapelet de recettes, toutes plus gourmandes les unes que les autres pour cuisiner local. Alors, on peut manger local quand rien n’arrive au port au pas ?

Retour Ă  la liste

Votre avis nous intéresse

Vous devez ĂȘtre membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Rédigé par Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

PassionnĂ©e de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer Ă  cette aventure culinaire hors norme. CrĂ©atrice et animatrice culinaire au style Ă©clectique, j’aime aussi partir Ă  la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur Ă  approfondir mes sujets et partage avec vous mes dĂ©couvertes.
NEW ⭐ Commandez nos coffrets d'Ă©picerie