Poissons gras, poissons maigres : qu’en est-il des poissons antillais ?

26 mars 2020

On lit souvent qu’il faut consommer au moins deux portions de poisson par semaine, et y compris des poissons gras pour leur richesse en acides gras omega 3. Oui mais voilà, quand on dit poisson gras on pense d’abord saumon, maquereau, sardine… des espèces exotiques en somme. Alors, pour ceux qui privilégient la consommation de produits locaux (cliquez ici), quels sont les poissons gras antillais ?  Réponse surprenante en image avec Shevon, notre spécialiste.

 

poissons gras antillais poissons maigres

 

Direction Marin Pêche au Marin, ou Shevon nous éclaire sur la distinction poissons gras VS poissons maigres chez nous aux Antilles. Cliquez sur la vidéo ci-dessous, vous serez peut-être surpris…

 

Poisson gras ou maigre, 2 sens différents pour une même expression

Si dans sa définition la plus universelle l’expression poisson gras désigne simplement un poisson riche en matières grasses, chez nous elle désigne surtout un poisson bien dodu, charnu. Ainsi, quand un antillais demande à son poissonnier un “poisson gras”, il attend un poisson normal en terme de matière grasses mais aux flans rebondis et dont la chair restera moelleuse à la cuisson. Au contraire les “poissons maigres” sont moins dodus et leur chair se racornit, voire devient dure même lors d’une cuisson brève de type court-bouillon (cliquez ici).

 

poissons perroquets et mérous

 

Le thon, roi des poisson gras ?

Les 3 espèces de thon rouge (de l’Atlantique, du Pacifique et du Sud) sont effectivement des poissons gras, une particularité de leur chair très appréciée, qui explique leur statut actuel d’espèces menacées. Ce ne sont pourtant pas les poissons les plus gras : avec environ 10 % de matières grasses, ils se classent dernière les maquereaux et le saumon d’élevage. Sa couronne de roi des poissons gras vient plus probablement de son prix : une vente record à presque 10 000 €/kg a eu lieu en janvier 2019 à Tokyo !!!

Les autres espèces de thon (bonite, thon rayé, thon jaune, etc.) sont plutôt des poissons maigres voire très maigre (moins de 1 % de matières grasses).

 

thon bariolé listao thon rélé

Quels sont donc les poissons gras antillais ?

Communément, un poisson est considéré comme gras quand sa chair renferme au moins 5 % de matières grasses. Pour les reconnaître à l’étal, on dit souvent que “les poissons gras sont bleus“. En fait, ce critère est loin d’être absolu mais il s’applique assez bien aux petits poissons bleu-argenté vivant en bancs comme les coulirous, sardines et harengs, dont la chair renferme 10 à 20 % de matières grasses. Parmi les grands poissons bleus, certains thazards et carangues sont aussi des poissons gras antillais. Notez que ces dernières ne sont pas toutes consommables sans danger dans nos eaux, à cause de la ciguatera (cliquez ici).

 

poisson gras antillais balaou Martinique West Indian Balao halfbeak fish fatty oily fish

 

Deux autres poissons fréquentant nos eaux et récifs présentent des taux de matières grasses (et donc d’oméga 3) particulièrement intéressants : la sarde queue jaune (env. 12 de mat. gr.) et le rouget (jusqu’à 13 % de mat. gr.). Ils fréquentent aussi régulièrement les étals de nos poissonniers, pour notre plus grand plaisir.

 

Les poissons antillais sont donc essentiellement des poissons maigres

Sauf ceux mentionnés plus haut, les poissons antillais sont des poissons maigres. La liste n’est pas exhaustive mais parmi les plus populaires se comptent les balaous, vivaneaux, watalibi et autres petits “mérous“, les poissons de roches en tout genre, l’espadon et le saumon Caraïbe (cliquez ici).

 

poissons de roches antillais watalibi gorette

 

Maigres parmi les maigres avec moins de 100 kcal/100 g et même pas 1 % de matières grasses, les poissons perroquets, marlins, bourses, raies, la dorade coryphène, et même l’indésirable poisson-lion (cliquez ici), sont des chairs à privilégier pour contrôler son poids (voire perdre quelques kilo).

 

dorade coryphène West-Indian Caribbean Mahi-Mahi

 

Très pauvres en matières grasses, ces poissons doivent être cuits brièvement pour rester moelleux (cliquez ici), à moins d’être frits. Dans ce cas, malgré la perte d’eau due à une température élevée, le moelleux de la chair est conservé par  l’apport de matière grasse.

 

cuisson idéale des poissons gras antillais

 

Nos eaux marines antillaises se révèlent donc plus riches en poissons maigres qu’en poissons gras. Afin de les cuisiner au mieux, en préservant leurs qualités nutritionnelles et gustatives, cliquez ici pour retrouver les précieux conseils de Tatie Maryse.

Retour à la liste

A propos de Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

Passionnée de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer à cette aventure culinaire hors norme. Créatrice et animatrice culinaire au style éclectique, j’aime aussi partir à la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur à approfondir mes sujets et partage avec vous mes découvertes.

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Partagez sur vos réseaux préférés

Astuces
sucre vanillé

Des cours de cuisine antillaise toutes les semaines en Martinique !

Découvrez la boutique de Tatie Maryse

* Chèques vacances ANCV acceptés

Programme des ateliers de cuisine Programme des ateliers de cuisine
Cartes cadeaux Cartes cadeaux
Livres de recettes Livres de recettes
Ateliers entreprises Ateliers entreprises
📩 Recevez nos IDÉES MENUS