5 astuces pour ne plus jeter d’aliments encore emballés

28 novembre 2020

On en parlait la semaine dernière avec les collègues (cliquez ici pour écouter le podcast), je trouve toujours dommage de jeter de la nourriture. Et je suis encore plus horrifiée quand il s’agit d’aliments encore emballés, passés du rayon du magasin à la poubelle sans même avoir flirté avec une assiette. Quand on y pense, ce n’est pas bien bien difficile d’éviter ce gâchis. Une fois comprise la différence entre DLC et DDM (cliquez ici), il ne faut qu’un peu de volonté et d’organisation. Vous voulez savoir comment je m’y prends pour ne plus jeter des aliments encore emballés ? Voici quelques trucs que je mets en oeuvre régulièrement pour réduire le gaspillage alimentaire chez moi.

 

5 astuces pour ne plus jeter d'aliments encore emballés anti-gaspi

 

1. Anticiper ses repas

Avant d’aller faire mes courses, je planifie mes menus de la semaine (cliquez ici), en prévoyant de consommer en premier les produits à DLC courte. Par exemple la salade en sachet avec une bavette grillée dans les 3 jours après avoir fait mes courses, et je réserve la tête de laitue et les carottes, moins fragiles, pour les jours suivants. Au petit-déjeuner (cliquez ici), les oeufs extra-frais font des oeufs au plats ou pochés les premiers jours, ensuite ils font des oeufs brouillés ou durs.

 

menus de la semaine

 

Le plus souvent je cuisine pour la semaine (cliquez ici) juste après avoir fait les courses ou le lendemain. Quand le temps me manque je cuis au moins les produits sensible. Le poulet grillé et conservé dans les règles de l’art (cliquez ici) se conserve plus longtemps que le poulet cru. Je prends aussi le temps de congeler immédiatement ce qui doit l’être, sans attendre d’être trop proche de la DLC pour le faire, ce qui est très dangereux d’un point de vu sanitaire.

 

cuisiner 5 plats pour la semaine pour ne plus jeter des aliments encore emballés

 

2. Bien respecter la chaîne du froid

Pour éviter de jeter des aliments encore emballés mais manifestement périmés avant leur DLC (date limite de consommation) – par exemple une viande à l’odeur suspecte – il faut impérativement respecter la chaîne du froid. C’est-à-dire qu’il faut garder les produit à une température propice à leur bonne conservation – elle est indiquée sur le produit. Ça peut sembler étrange mais je fais régulièrement mes courses avec des ice packs dans mon sac isotherme. Une fois le contrôle validé à l’entrée du magasin, cela permet de conserver bien au frais les produits sensibles dès leur sortie du rayon. C’est très pratique quand le commerce est bondé et que, conséquemment, j’y passerai plus de temps. Ensuite, je rentre chez moi sans détour, parce qu’un sac isotherme ou une glacière, même avec des blocs réfrigérants, ce n’est pas aussi aussi efficace qu’un réfrigérateur.

 

faites ses courses avec une glacière

 

J’utilise la même astuce quand je prévois de passer chez le boucher ou d’acheter du lait cru en rentrant du sport. Je mets alors les ice packs dans une glacière pour qu’ils restent froids plus longtemps. Et ça marche très bien même sous nos latitudes bien chaudes.

 

3. Acheter les produits à DLC courte en petite quantité

Qui n’a pas déjà jeté une salade pré-lavée emballée à l’aspect louche ? C’est vrai qu’elles sont si tentantes, mais 2 jours pour en manger 4 c’est un peu court ! Pas la peine non plus d’acheter 2 kg de poulet en promo si on ne dispose pas du temps nécessaire pour le cuisiner rapidement. D’ailleurs les promotions trop alléchantes, souvent pour cause de DLC (très) courte justement, occasionnent beaucoup de gaspillage. Acheter hors promo et avoir plus de temps pour cuisiner le produit dans les temps, ou acheter en promo et jeter ensuite faute de temps pour cuisiner ? Chacun devrait se poser la question. J’ai fait mon choix : sachant que congeler un produit trop proche de sa DLC (ou pire, le jour même) représente un vrai risque sanitaire (cliquez ici), je n’achète pas de produits frais à DLC courte si je ne peux pas caser très vite dans mon planning le moment pour les cuisiner.

 

Prix choc DLC courte

 

Entre nous, je ne les achète pas non plus si je sais que nous n’aurons pas le temps de les consommer normalement. Je m’explique : consommer en 4 jours des yaourts que l’on consomme en général en 10 évite certes de les jeter, mais je ne suis pas sûre que l’on y gagne côté santé. Surconsommer pour éviter le gaspillage fait ainsi le lit du surpoids, du diabète, et autres maladies associées.

 

4. Bien organiser son réfrigérateur et ses placards

En rangeant mes courses au réfrigérateur, je mets les produits que je viens d’acheter à l’arrière des produits qu’il me restait déjà, en accord avec les dates de péremptions – typiquement, les yaourts ou fromages blancs du jour à l’arrière de ceux restant de la semaine précédente. De même, je mets à l’avant des étagères les produits très périssables comme le poisson ou les barquettes de viande. Je fais de même avec les fruits et légumes déjà entamés, à consommer rapidement. En les voyant immédiatement à l’ouverture du réfrigérateur, je ne risque pas de les oublier… et de devoir les jeter.

 

réfrigérateur frigo rangé

 

Autant que possible, j’essaie aussi de ranger les produits dans la zone appropriée : les fruits et légumes dans le bac prévu à cet effet (à 8-10 °C), les chairs crues et produits très périssables dans la zone la plus froide (0-4 °C), les œufs dans la portière, etc. C’est peut-être ringard de lire les modes d’emploi, mais le manuel de votre équipement vous aidera à identifier les différentes zones de température – elles varient selon les modèles. Par ailleurs, de nombreux équipements récents montrent des pictogrammes dans les différentes zones, ou prévoient des bacs spécifiques, pour guider le rangement des aliments. Très pratique pour les conserver dans les meilleurs conditions et éviter de jeter des aliments encore emballés mais abîmés précocement.

 

zones du réfrigérateur

 

Même si les dates de péremptions sont plus longues, j’adopte la même logique pour ranger dans mes placards les conserves, boîtes de biscuits, céréales, etc.

 

5. Transformer astucieusement… et avec délice !

Certaines recettes, bien gourmandes qui plus est, n’ont pas leur pareil pour éviter le gâchis des aliments ayant dépassé leur DDM. Vous les connaissez toutes, alors donnez-vous le temps de les préparer : un pudding pour passer du pain rassis, un cheesecake pour utiliser des biscuits un peu ramollis, un clafoutis avec des fruits au sirop, un gâteau au yaourt, une sauce bolognaise ou des lasagnes avec une sauce tomate dépassée, un gratin de raviolis, etc.

 

Alors que pensez-vous de ces astuces ? Vous semblent-elles accessibles ? J’avoue qu’au début il fallait que j’y réfléchisse à chaque étape mais maintenant je le fais sans y penser. C’est devenu automatique et je vous assure qu’elles m’ont bien aidé pour ne plus jeter des aliments encore emballés. Du coup, j’espère qu’elles vous seront utiles également. Et bien évidemment, si vous avez d’autres astuces à partager, je prends ! 😄  Laissez-les en commentaire pour que tout le monde en profite.

Retour à la liste

A propos de Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

Passionnée de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer à cette aventure culinaire hors norme. Créatrice et animatrice culinaire au style éclectique, j’aime aussi partir à la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur à approfondir mes sujets et partage avec vous mes découvertes.

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



🛒 À shopper dans la boutique Tatie Maryse

Des ateliers de cuisine antillaise en Martinique ou depuis chez vous !

Découvrez la boutique de Tatie Maryse

* Chèques vacances ANCV et Cadhoc acceptés

Programme des ateliers de cuisine Programme des ateliers de cuisine
Cartes cadeaux Cartes cadeaux
Livres de recettes Livres de recettes
Ateliers entreprises Ateliers entreprises

Partagez cet article sur vos réseaux préférés

📩 Recevez nos IDÉES MENUS