DLC, DDM ? Bien comprendre les DATES de PÉREMPTION pour éviter le gaspillage alimentaire

DLC, DDM, DLUO : les aliments préemballés présentent une date de péremption, l’indication de la période pendant laquelle ils peuvent être consommés sans nuire à notre santé. Un outil pratique donc, mais dont la compréhension approximative conduit à un triste gaspillage alimentaire. En Martinique, nous jetons en moyenne 5 kg d’aliments encore emballés par an et par habitant. Pour vous aider à ne plus engraisser vos poubelles – au détriment de votre porte-monnaie – faisons le point sur les différentes formes de la date de péremption.

 

DLC DDM dates de péremption

 

La DLC = date limite de consommation

La date limite de consommation, qui se présente aussi sous la mention “à consommer jusqu’au“, est une limite IMPÉRATIVE !!! L’aliment ne doit pas être consommé après cette date. Les aliments concernés sont généralement des produits frais à conserver au réfrigérateur pour éviter que des microorganismes s’y développent.

Au rang de ces denrées très périssables : les chairs (viandes, poissons, fruits de mer, y compris hachés), charcuteries, plats cuisinés réfrigérés, lait cru (et laitages au lait cru), fromages mous type feta, ricotta, etc. La liste n’est pas exhaustive.

 

date de péremption DLC

 

2 astuces anti-gaspi : achetez les aliments à DLC courte en petite quantité et consommez-les dans les 3 jours. Ne sautez pas sur les promos si vous ne disposez pas de temps pour cuisiner les produits dans les 2 jours.

⚠️  Consommer un aliment après sa DLC, c’est s’exposer à une intoxication alimentaire (salmonellose, listériose, etc.) dont les conséquences peuvent être très graves.

⚠️  Pour les mêmes raisons sanitaires, il ne faut pas congeler un aliment la veille ou le jour de sa DLC. La charge microbienne, déjà potentiellement élevée, augmentera encore plus lors de la décongélation. Parfait pour une bonne intoxication !

 

La DDM = date de durabilité minimale

Anciennement DLUO (date limite d’utilisation optimale), la date de durabilité minimale se présente sous la mention “à consommer de préférence avant le” suivi d’une date avec un jour, ou sous la mention “à consommer de préférence avant fin” suivi d’une date avec une année. La DDM indique la période pendant laquelle le produit offre ses meilleurs qualités. Au-delà de la date indiquée, l’aspect et/ou le goût du produit peuvent changer (mais pas nécessairement) sans que cela affecte sa sécurité. Il est tout à fait possible de consommer un produit après sa DDM sans risque pour sa santé. Aucune raison donc de jeter quand la DDM est dépassée.

 

date de péremption DDM

 

Ces produits sont typiquement ceux que nous stockons en prévisions de la saison cyclonique (cliquez ici), avec en tête de liste les aliments secs comme les céréales (riz, pâtes, etc.) et les légumineuses (lentilles, haricots, etc.), qui se conservent de très longues années tant que des insectes ne s’y logent pas. Autre exemple, le café et le thé qui perdent en arôme tout en restant tout à fait sain. Le lait UHT, pasteurisé, peut être consommé jusqu’à 2 mois après sa date de péremption. Les fromages à pâte molle ou persillée sont consommables jusqu’à 2 semaines après leur DDM.

 

stock alimentaire

 

Enfin, les aliments en conserves peuvent être consommés des mois après leur DDM tant que la boîte est intacte, c’est-à-dire ni bombée (signe d’un éventuel développement microbien) ni rouillée (perte d’herméticité). C’est aussi le cas des biscuits : si l’emballage est intacts ils sont encore consommables même s’ils sont moins (voir plus du tout) croustillants.

 

2 astuces anti-gaspi : conservez vos produits céréaliers dans des bocaux parfaitement hermétiques, afin de les  protéger des insectes. Transformez vos biscuits et crackers en base de cheesecake ou en chapelure.

 

Comprenant bien la différence entre DLC (date limite de consommation) et DDM (date de durabilité maximale), il est plus facile d’éviter de jeter des aliments encore emballés. Quelques astuces simples à mettre en oeuvre au quotidien permettent de réduire le gaspillage alimentaire, de mieux respecter le travail de nos producteurs… et de ne plus jeter notre argent à la poubelle !

Retour à la liste

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Rédigé par Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

Passionnée de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer à cette aventure culinaire hors norme. Créatrice et animatrice culinaire au style éclectique, j’aime aussi partir à la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur à approfondir mes sujets et partage avec vous mes découvertes.