Récits d’enfance de la période précédent Pâques – Episode 1

15 mars 2014

Episode 1 : les activités récréatives

Avec le mercredi des Cendres  qui marquait la fin du Carnaval commençait une période assez particulière qui allait nous conduire jusqu’aux vacances de Pâques. Mes chers lecteurs, durant cette période de 40 jours, point d’ennui ; de nouvelles activités nous étaient proposées.

A travers une trilogie d’anecdotes qui nous conduira jusqu’à Pâques, je vous propose d’embarquer vers ce voyage en enfance, où activités ludiques, gourmandises  et ambiance familiale se côtoient joyeusement. Une base qui a façonnée la Tatie Maryse que je suis aujourd’hui et que je prends plaisir à partager avec vous !

Pour ce premier épisode, laissez-moi vous en raconter deux activités récréatives qui ont particulièrement marqué mon enfance… Suivez-moi !

La fabrication et le vol du cerf-volant

Papi et mamie entraient en scène pour nous apprendre à fabriquer des cerfs-volants. Je ne sais pas si vous avez connu cela durant votre enfance, quoi qu’il en soit je vous en donne toutes les « ficelles » sans mauvais jeu de mots…
Tout d’abord, nous devions fabriquer des bûchettes provenant des feuilles de coco tombées  par terre. Il s’agissait de travailler ces nervures pour en faire l’élément de base de la carcasse de nos cerfs-volants.

Reportages-1506-Pola-20140315211013--copie-1.png

 

Une fois ces bûchettes préparées, nous apprenions à les lier pour un faire une structure devant supporter des fins papiers de couleurs. Mamie nous préparait de l’amidon pour les collages ; elle nous fournissait fil et toile pour la queue, en bref tout ce qui était nécessaire pour réaliser le plus beau des cerfs-volants.

Je me souviens que nous étions très occupés par cette activité qui mobilisait toutes nos capacités créatrices et notre goût des couleurs afin que l’ensemble soit harmonieux.

Image-1@Pola(20140315204612)

 

Le plus dur restait cependant à venir : faire voler l’engin. Alors là mes amis bonjour les difficultés !
Nous nous rendions sur un terrain découvert situé prés de la maison pour lancer nos cerfs volants.

Reportages 1515@Pola(20140315203929)

 

Certains de mes cousins, plus âgés et expérimentés dans cet art, faisaient rapidement voler leur engin. Mais les plus jeunes et les filles étaient un peu maladroits.

Imaginez papi avec une ribambelle d’enfants  autour de lui, tous et toutes voulant en même temps qu’il fasse monter leur cerf volant : je le revois courant, s’activant, donnant des instructions que nous n’entendions même pas. Il nous  demandait d’attendre notre tour : que de pleurs, de cris d’impatience devant  les cerfs volants de mes cousins qui volaient dans le ciel en nous narguant.
Papi faisait preuve d’une grande patience et ne perdait jamais le contrôle de la situation.

Une fois tous les cerfs volants lancés nous les regardions émerveillés qui se déplaçaient dans le ciel avec grâce. Nous n’avions que faire des rayons ardents du soleil. Une seule chose comptait : faire évoluer le cerf volant en évitant qu’il ne s’accroche aux arbres voisins. Lorsque cette situation se produisait les pleurs n’étaient pas rares. Mais Papi promettait toujours d’en refaire un autre le lendemain pour  nous consoler.

Merci papi pour ces magnifiques moments !

 

La préparation des pièges à crabes

L’autre activité plus spécialement réservée aux garçons les plus âgés (et  aussi à une cousine un peu garçon manqué ^_^), consistait à fabriquer des ratières  pour la capture des crabes.
Papi sortaient les outils : mètre, crayon, scie, marteaux, clous et planchettes de bois. Il traçait des lignes puis découpait le bois pour en faire les éléments des fameuses ratières que les garçons les plus âgés assemblaient avec lui.
Je les entendais spéculer sur les gros crabes qu’ils pensaient capturer s’imaginant déjà entrain d’en sucer les pinces.

 

 

Reportages 1879@Pola(20140315205316)

 

Ils fabriquaient aussi une sorte de grande cage grillagée qui ne devait comporter aucun trou, sinon adieu les crabes. Papi leur rappelait que capturer les crabes est une chose mais qu’avant d’en sucer les pinces, il fallait les nourrir, les tuer et les cuisiner.
Tous ensemble préparaient avec sérieux leur plan de chasse qu’ils mettraient à exécution dans les prochains jours, et que partagerai avec vous dans le prochain épisode.
Quant à mamie, elle imaginait déjà comment transformer tout cela en un festin sans nom.

A suivre…

Episode 2 : La chasse aux crabes et leurs soins (cliquer ICI)
Episode 3 : La préparation et la dégustation des crabes (cliquer ICI)

 

Retour à la liste

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Rédigé par Nathalie

Co-fondatrice de Tatie Maryse, amoureuse des bonnes choses, je partage ici et depuis 2011 mes inspirations culinaires. Mon approche tant sur le web qu'en ateliers : une cuisine au goût de chez nous, accessible à tous et expliquée! Une approche qui se retrouve aujourd'hui déclinée dans notre gamme de produits "prêts à déguster" disponibles sous la marque Poz'.