Récits d’enfance de la période précédent Pâques – Episode 2

28 mars 2014

Comme je vous le disais dans le premier épisode (cliquer ICI), l’approche de Pâques était l’occasion d’activités récréatives en tout genre, mais il convenait de s’atteler à la capture du symbole de cette période : le crabe !

On poursuit donc la trilogie des récits d’enfance de Tatie Maryse avec au programme du jour : on chasse les crabes et on les chouchoute pour qu’ils donnent le meilleur de leur saveur ^_^

Tout un programme mes chers lecteurs ! Suivez-moi et visionnez les vidéos pour en savoir plus…

La chasse aux crabes

Voilà une activité pour laquelle je ne recevais des informations que de mes chanceux cousins qui participaient à cette aventure.

En effet, les enfants comme moi, trop jeunes, étaient exclus de cette affaire. Seuls deux grands gaillards avaient la chance d’accompagner mon papi dans cette activité nocturne.

Ils s’en allaient vers des lieux inconnus qui dans notre imaginaire nous effrayaient un peu. De ce qu’ils nous rapportaient de ces expéditions, Il n’était question que de boue, de marécages, de gros moustiques, de bruits suspects aux abords des champs, de gros arbres avec des chauves souris, de manicou se promenant dans les arbres à la recherche de fruits. Ils devaient avoir la frousse mais ils ne laissaient rien paraître.

Il paraît qu’ils posaient les ratières  et attendaient un peu. Au bout d’un moment, ils retournaient vérifier les pièges où parfois un crabe qui avait eu la malheureuse (ou la bonne) idée de sortir de son trou se trouvait pris car l’ouverture du piège recouvrait le trou.

 

crabe de terre

 

De retour à la maison, les crabes capturés étaient mis dans cette sorte de cage grillagée et bien close qui avait été fabriquée par eux. Dans la cage qui se trouvait sous un gros manguier,  il y avait des feuilles de banane et de canne, sous lesquelles, les crabes se cachaient. Il y avait aussi des morceaux de canne, des  fruits, des piments et de l’eau. Il fallait nourrir correctement ces messieurs pour que leur chair soit meilleure.

Les soins des crabes capturés

Tous les jours, mes grands cousins avaient la responsabilité de  nettoyer la cage, de les laver. Ils prenaient cela au sérieux.

Chaque jour, nous comptions les nouveaux captifs qui venaient s’ajouter après les sorties de chasse. Nous admirions à distance tous ces crabes aux couleurs diverses : des bleus, des marrons, des gris.

Nous les regardions se déplacer dans la cage, s’agripper aux parois. Nos conversations tournaient autour  des fameux mordants que tous nous voyons déjà dans nos assiettes accompagnées de riz. Mais là, c’est une autre histoire et il fallait être patients car Pâques était encore loin.

Déjà mon papi parlait d’une prochaine sortie à la rivière pour capturer des écrevisses des « boucs et des z’habitant » nous disait-il pour faire les fameux accras du vendredi saint.

Mamie, quant à elle lançait déjà les invitations pour le rendez-vous familial qui allait clôturer cette période pascale et que je vous raconterai dans le prochain épisode…

Relire l’épisode 1 : cliquer ICI

Episode 3 : La préparation et la dégustation des crabes (cliquer ICI)

Retour à la liste

Votre avis nous intéresse

Vous devez être membre de la TeaM Tatie Maryse pour interagir sur cet article



Rédigé par Nathalie

Co-fondatrice de Tatie Maryse, amoureuse des bonnes choses, je partage ici et depuis 2011 mes inspirations culinaires. Mon approche tant sur le web qu'en ateliers : une cuisine au goût de chez nous, accessible à tous et expliquée! Une approche qui se retrouve aujourd'hui déclinée dans notre gamme de produits "prêts à déguster" disponibles sous la marque Poz'.