Mes conseils pour CONSERVER vos PLATS CUISINÉS pour la semaine

1 août 2017 - 2,895 vues

La conservation des plats cuisinés est une problématique qui s’impose à tous ceux qui, comme moi, cuisinent d’un coup plusieurs plats pour les jours qui suivent. Et il ne faut pas la négliger. En effet, un plat mal conservé peut être source de gaspillage puisqu’il sera jeté. Mais c’est là le moindre mal. « En France, un tiers des intoxications alimentaires déclarées surviennent à domicile » (source : Anses).
S’organiser pour gagner du temps en cuisine : oui ! Se rendre malade : non ! Voici quelques astuces que je mets systématiquement en œuvre pour bien conserver mes plats cuisinés.

1. Les mesures d’hygiène élémentaires lors de la préparation des plats

Dans l’optique de bien conserver les plats par la suite, accordez une attention particulière à l’hygiène au moment où vous cuisinez. Travaillez sur un plan de travail propre, lavez-vous régulièrement les mains, utilisez un torchon propre, changez ou lavez couteau et planche à découper entre la préparation du poisson, de la viande, des légumes, du dessert, etc. N’oubliez pas de cuire les viandes et poissons à cœur.

fumet de poisson

Légumes et chairs sont séparés jusqu’au moment de la cuisson. Ici un assortiment de légumes et aromates pour un fumet de poisson.

Vous avez cuisiné en respectant les règles d’hygiène élémentaires… reste à assurer la bonne conservation de vos plats.

2. La qualité des boîtes de conservation

Pour conserver en toute sécurité vos plats cuisinés, choisissez des contenants adaptés. Je privilégie les boîtes en verre qui peuvent supporter les changements rapides de température. Ainsi, je peux y verser mes plats encore bien chauds et refermer le couvercle immédiatement, un peu comme quand je fais des conserves. Cela limite le temps d’exposition à l’air libre et donc le risque de contamination.

Les boîtes en verre présenteraient l’autre avantage, par rapport aux boîtes en plastique, de limiter les risques de transfert de substances indésirables. Comme les couvercles sont quand même en plastiques, j’évite simplement que les aliments les touchent une fois les boîtes fermées.

3. Des boîtes de taille adaptée

Je choisis également des boîtes de taille adaptée – j’ai en tout un assortiment, je l’avoue. Autant que possible, il faut éviter d’ouvrir une boîte pour ne prélever qu’une partie de son contenu. En effet, sorti du réfrigérateur et exposé à l’air, la préparation peut être sujette à la contamination. Ainsi, si je prépare une grande fricassée de poulet pour deux repas, je la conditionne dans deux boîtes (une par repas).

Disposez de boîtes hermétiques en verre de toute taille permet d’adapter le contenant au contenu, pour une meilleure conservation.

4. Une question de température

Pour ne pas endommager vos appareils électroménagers et ne pas compromettre la conservation des aliments qui y sont déjà rangés, introduisez vos plats dans vos réfrigérateurs et congélateurs quand ils sont complètement refroidis. Toutefois, la réfrigération ou la congélation de vos plats cuisinés doit débuter au plus tard dans l’heure qui suit l’arrêt de la cuisson. Du coup, pour les refroidir plus vite, je place mes plats cuisinés et conditionnés (dans leurs boîtes fermées hermétiquement) dans un courant d’air ou dans une bassine d’eau froide.

Les plats refroidissent plus rapidement dans l’eau qu’à l’air libre mais la boîte doit être hermétique. La condensation sur le couvercle est normale.

5. Les durées de conservation des plats cuisinés

Pour ce qui est de la durée, certaines préparations se conservent plus longtemps que d’autres au réfrigérateur. Vous mangerez un plat contenant du lait, des œufs, du poisson ou des fruits de mers dans les 2 jours suivant la préparation, par exemple un gratin de poisson ou une crème aux œufs. Certaines préparations font exception, comme les gâteaux. Les viandes mijotées peuvent attendre 3 jours.

Je congèle les préparations que j’envisage de manger au-delà de 3 à 4 jours après leur préparation. Ensuite, pour les décongeler, je les mets au réfrigérateur la veille au soir, par exemple le mercredi soir pour le dîner du jeudi. Ainsi, ils décongèlent en toute sécurité.

6. Et les restes de repas ?

La recommandation la plus souvent reprise sur internet, et en premier lieu sur des sites santé reconnus, est de ne pas laisser les plats plus de 2h à température ambiante. En théorie donc, on aurait largement le temps de profiter du repas en toute convivialité avant de conditionner les restes et les placer au réfrigérateur.

Personnellement, je trouve ce délai très (trop !) long. Sous nos latitudes tropicales, en climat chaud et humide les bactéries prolifèrent bien vite. Et si comme moi vous ouvrez votre maison à tous les vents – c’est quand même plus pratique pour aérer et profiter de l’air de la campagne – un plat non protégé à toutes les chance d’être vite contaminé.

Pour ma part, si le repas ne dure pas plus d’une heure, je stérilise tout ce qui n’a pas été servi. Le gratin resté dans le plat repasse au four, la fricassée qui n’est pas sortie de sa cocotte bout à nouveau, etc.
Je conditionne le tout encore chaud dans des boîtes en verre de taille adéquate et je mets à refroidir dans une bassine d’eau – pour accélérer la chose. Quand c’est suffisamment froid pour ne pas le réchauffer, je place le tout au réfrigérateur… et je les consomme dans les jours qui suivent.

conserver restes de repas

Quand aux préparations les plus sensibles qui se sont attardées sur la table, comme par exemple la mayonnaise ou la crème anglaise du dessert, je les jette. Cela me fait toujours mal au cœur de jeter la moindre nourriture, mais pourquoi risquer une intoxication alimentaire ?


Voilà, vous savez maintenant comment je conserve les plats que je cuisine pour la semaine. L’intoxication alimentaire domestique, chez moi on ne connaît pas. J’espère que mon expérience vous sera profitable et que vous oserez dorénavant cuisiner pour la semaine à l’avance – retrouvez tous mes conseils et astuces pour vous organiser en cliquant ici
. Vous verrez, vous gagnerez en temps et en sérénité.

Retour à la liste

A propos de Katreen, de la TeaM Tatie Maryse

Passionnée de cuisine depuis mon enfance, j’ai rejoins la TeaM Tatie Maryse en 2016 pour participer à cette aventure culinaire hors norme. Créatrice et animatrice culinaire au style éclectique, j’aime aussi partir à la rencontre de mon territoire et de ceux qui le font vivre. Je mets un point d’honneur à approfondir mes sujets et partage avec vous mes découvertes.

Votre avis nous intéresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma page Google+